LA VIE DE FAMILLE

tout sur la vie de famille
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQMembresGroupesRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 les conscrits

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Féminin
Nombre de messages : 587
Age : 48
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: les conscrits   Sam 23 Déc - 0:00

hé oui dans le beaujolais il n'y a pas que le vins ,il y a aussi les conscritsLA
FETE DES CONSCRITS




L'origine de la Fête des Conscrits de Villefranche
remonte à 1850
, époque où l'armée
française recrutait ses hommes par tirage au sort.
Deux copains se rendirent au "rendez-vous" de l'autorité
militaire en habit et gibus. Ils avaient 20
ans
et répondaient ainsi avec humour
aux obligations de la conscription. Ces conscrits
eurent un gros succès dans la population caladoise et leur
initiative fit école. Les "gars" de Villefranche
recommencèrent l'année suivante, ornant cette fois-ci
leur gibus d'un ruban vert, couleur de la ville.

Bientôt, cette cérémonie militaire de la conscription
fit place à la fête, toute civile, des conscrits.
En 1880, l'industriel Charles HUGAND décida ses amis à
célébrer leur 40 ans. Sept ans plus tard, à
l'instigation de FOURNIER, les 30 ans se joignirent à la
fête : "je suis malade", répétait-il
et ne pourrai jamais faire mes 40 ans ...". Raison de plus
pour que les 50, 60, 70, 80 et autres jeunes gens en fissent autant.
En 1939, 1992, 2005, 2006, un centenaire fit à pied "sa
rue Nat".

Au début cependant, la fête des conscrits ne se déroulait
pas comme nous la connaisons aujourd'hui. Les conscrits défilaient
le dimanche matin à 11h00 en rangs serrés, derrière
la musique militaire, comme au régiment. Seuls les 20 ans
avaient un ruban à leur chapeau.






C'était le dimanche
soir que se produisait le grand défoulement. Alors, tout le
monde, au coude à coude, déferlait rue Nationale. Le
mouvement évoquant irrésistiblement les marées
d'équinoxe, on se mit à parler de la "vague"
qui, d'ailleurs supplanta bien vite le défilé du matin.



Les différentes classes prirent l'heureuse
habitude de nouer à leurs gibus des rubans de couleurs
: vert pour les 20 ans, jaune pour les 30 ans, orange pour les
40 ans, rouge pour les 50 ans, bleu pour les 60 ans, violet pour
les 70 ans, bleu-blanc-rouge pour les 80, 90 ans et centenaires.





D'autres agréments se sont ajoutés
peu à peu. En 1884, la première retraite aux
flambeaux
préluda à la fête du dimanche.
Elle avait lieu le samedi soir et ne prit que plus tard son aspect
carnavalesque
. Mais il faut citer aussi le bouquet
aux conscrites
, les aubades aux présidents,
le retinton du lundi.


Certains éléments
parfois folkloriques ont disparu
: nos anciens se souviennent
peut-être du "piston principal" encadré
de deux portes-cannes, qui marchait en tête
de chaque classe aux côtés du drapeau.

Le "piston principal" a disparu et les portes-cannes se
font rare, surtout dans les jeunes classes. Vestige de ce qu'était
au départ cette fête : une réjouissance
militaire, une affaire d'hommes
. Si le premier aspect a disparu,
le second s'est maintenu.

Cette amitié virile, qui ne dure que l'espace d'une semaine
mais se prolonge de décade en décade, reflète
peut-être le côté le plus important de la fête
des conscrits.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vie-de-famille.bb-fr.com
Admin
Admin


Féminin
Nombre de messages : 587
Age : 48
Date d'inscription : 18/11/2006

MessageSujet: Re: les conscrits   Sam 23 Déc - 0:00

DEROULEMENT
DE LA FETE




Au cours de la deuxième quinzaine de Janvier,
des manifestations ont lieu dans les entreprises de la ville en l'honneur
de tous ceux qui sont de la "classe", hommes et femmes.
Le dimanche précédant la fête, une messe est célébrée.
Elle est en même temps le baptême de la classe montante
et une commémoration des "classards" disparus.

Le costume revêtu le samedi matin et pour au moins trois jours
comprend : chemise blanche, écharpe blanche, gants blancs,
noeud papillon noir, smoking noir orné d'une cocarde tricolore,
gibus noir orné d'un ruban de couleur correspondant à
la classe. Chaque conscrit porte à la main un bouquet composé
de mimosas et d'oeillets rouges.


Vendredi
soir


Retraite aux flambeaux
par les conscrits déguisés.
Elle se termine devant la Mairie où le Président des
20 ans offre un bouquet à l'épouse du premier magistrat
de la ville.



Samedi
matin


Le Comité Inter-Classes fleurit les tombes des défunts
et rend visite aux centenaires. D'autres délégations
composées des membres de chaque classe rendent visite aux malades
et aux retraités de leur décade dans les hôpitaux
et les maisons de retraite. Des télégrammes sont envoyés
aux personnalités nationales.



Samedi
après-midi


Les conscrites
reçoivent la visite d'un groupe de
5 ou 6 conscrits qui leur offrent le sonnet, la cocarde
et le bouquet. Chaque groupe rend ainsi hommage à
deux ou trois conscrites. Une collation est servie et certaines organisent
à cette occasion une soirée réunissant conscrits
et amis.



Dimanche
matin


Chaque président de classe est réveillé
par une aubade. Puis à 9h00 la photo
traditionnelle
et à 11h00 gravite la "vague".
Les classes triées par ordre d'âge croissant défilent
bras dessus bras dessous, chacune derrière sa fanfare
avec son chapeau.

Les conscrits chantent à tue-tête par rangées
de six disposées en quinconce qui se portent sans arrêt
de droite à gauche et de gauche à droite, contrastant
avec l'ordre des musiciens au pas régulier. Derrière
chaque classe et précédant la fanfare de la classe suivante,
des voitures transportent lentement les malades ou invalides. Dès
que la "vague" est passée, la foule envahit la rue
où toute circulation automobile est alors impossible.



Dimanche
après-midi


Toutes les classes "banquêtent" entre hommes
en différents lieux. Le banquet des 20 ans se déroule
uniquement entre conscrits alors que les autres classes reçoivent
de nombreux invités : personnalités, parents et amis.
Le banquet des jeunes est beaucoup moins solennel que celui des "aînés"
et se termine plus tôt. Dans l'après-midi, les 20 ans
forment des délégations qui vont rendre l'hommage de
la jeunesse aux anciens. Chez les "aînés",
on procède au tirage des chânons, sorte
de tombola qui commémore l'ancien tirage au sort et dont le
bénéfice est versé aux oeuvres de la ville.



Lundi

Dans la matinée, départ pour le "retinton":
banquet qui réunit uniquement les conscrits dans une auberge
ou un restaurant situé à l'extérieur de la ville.
Puis la fête prend fin officiellement lundi soir à 19h00.
Les 20 ans traversent la ville avec un cercueil qui sera brûlé
sur l'une des places, en chantant des parodies de chants religieux.
Certains irréductibles continuent encore la fête le mercredi
et le jeudi. Mais beaucoup devront reprendre le travail le mardi.
La fête des conscrits à Villefranche va plus loin
que le folklore. C'est la fête de l'amitié, des souvenirs,
des réconciliations, de la solidarité. Les différences
professionnelles et sociales s'estompent dans une camaraderie où
le tutoiement est de rigueur.
"Et parce qu'on voit devant le défilé des gamins
de 20 ans qui galopent et derrière les vieillards qui s'essouflent
au fil des décades dont les effectifs s'amenuisent, il y
a des dizaines de milliers de gens qui viennent regarder ça,
c'est un "kaléidoscope" des générations,
un raccourci de l'existence de chacun." Michel AULAS
La fête des conscrits a lieu le dernier dimanche
du mois de Janvier.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vie-de-famille.bb-fr.com
 
les conscrits
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» D'UM MAITRE A UN METTRE LES EXTREMES S'ELOIGNENT DE PLUS EN PLUS ...
» La conscription sous l'empire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA VIE DE FAMILLE :: vos idées créatif :: vos passions-
Sauter vers: